Lorsque le roi Bhumibol est monté sur le trône en 1946, presque toute la population de la Thaïlande travaillait dans le secteur agricole, et la meilleure façon d’améliorer les moyens de subsistance des Thaïs était de les aider à obtenir des récoltes plus abondantes.

Au milieu des années 1980, les choses ont commencé à changer pour la Thaïlande. La Thaïlande a connu une croissance économique à deux chiffres pendant onze années après avoir adopté l’industrialisation. Cette croissance rapide profite à de nombreux Thaïs qui sont passés de l’agriculture au travail industriel. Il n’en reste pas moins que l’existence pour le simple agriculteur est devenue plus difficile avec l’intensification des écarts de revenus et les retombées négatives sur l’environnement.

Lorsque la Thaïlande a commencé à diversifier son économie, Sa Majesté le défunt roi a également commencé à diversifier les recherches menées à la villa royale Chitralada. Des scientifiques ont commencé à examiner les nouvelles innovations dans l’agriculture dans des pays plus développés et ont cherché à savoir si elles étaient applicables à la Thaïlande.

La très vaste villa royale Chitralada accueille aujourd’hui toute une série d’installations, toutes destinées au secteur agricole, qu’il s’agisse des matières premières ou des produits dérivés : des rizières, des parcs à poissons, une exploitation laitière, un centre de traitement d’essence-alcool, une usine d’engrais organique, et plusieurs autres centres établis pour la recherche.

Nouveaux domaines agricoles 

L’un des premiers projets entrepris par la villa royale Chitralada a été la création de parcs à poissons visant à fournir un approvisionnement renouvelable en protéines pour les agriculteurs thaïs. En 1952, Sa Majesté le roi défunt a commencé à faire des expériences avec le tilapia du Mozambique. La croissance rapide de cette espèce et le peu d’entretien qu’elle nécessite en ont fait une solution idéale, et des spécimens ont ensuite été donnés à chaque chef de village et de district partout dans le royaume.

En 1965, le prince héritier japonais de l’époque, le prince Akihito, a offert vingt-cinq couples de tilapias du Nil à Sa Majesté. Grâce à sa résistance, et à son excellente vitesse de croissance, le tilapia du Nil s’est répandu dans tout le royaume et est devenu un poisson-chat ordinaire.

Avant les années 1960, la Thaïlande ne disposait pas de secteur laitier. Le roi Bhumibol s’est rendu dans le Royaume du Danemark en 1960 pour y rencontrer le roi Frederick IX et étudier la viabilité d’un secteur laitier en Thaïlande. Ensuite, en 1962, cette collaboration royale a débouché sur la création de la Thai-Danish Dairy Farm et de son centre de formation à Muak Lek, Saraburi, et sur l’arrivée de vaches laitières à la villa royale Chitralada. Cette ferme laitière a permis aux gens de la cour de boire du lait régulièrement. Depuis son ouverture, la recherche a dépassé le simple cadre de la production laitière et s’est intéressée aux procédés de pasteurisation et à la confection de produits à base de lait comme le lait en poudre, le fromage et la crème glacée.

Carburants de substitution 

Outre les produits agricoles, la villa royale Chitralada a également jugé bon de répondre aux besoins croissants de la Thaïlande en énergie et de réduire sa dépendance aux combustibles fossiles.

En 1985, des initiatives ont été menées visant à étudier la viabilité de la production d’alcool à partir des récoltes abondantes de cannes à sucre. L’unité de production de carburant expérimental a été créée avec les fonds personnels de Sa Majesté le roi. Ce procédé a plus tard permis de raffiner la molasse, un sous-produit des déchets de la production de cannes à sucre, et de la transformer en éthanol. L’éthanol est une forme d’alcool qui peut être mélangé à du benzène ou de l’essence pour produire de l’alcool-carburant.

Exploiter les déchets 

Etre le leader mondial de la production rizicole, c’est également produire une énorme quantité de déchets à partir de l’écorce qui entoure le grain de riz. L’écorce de riz est inflammable, et des recherches ont été menées pour examiner comment il était possible de comprimer les écorces en briquettes à combustion lente pour faire du charbon de bois. En plus de contribuer à l’élimination des déchets, ces briquettes de charbon de bois ont réduit la nécessité de couper des forêts pour produire du charbon de bois traditionnel.

Un autre produit dérivé de la culture et de la transformation du riz est le son de riz. Les chercheurs de la villa royale Chitralada ont travaillé avec ce produit dérivé, et l’utilisent pour la culture de nombreuses espèces de champignons à haute valeur comme le ganoderme luisant et le Hericium erinaceus. Cela procure aux riziculteurs une possible culture de remplacement.

Outre l’agriculture, le roi Bhumibol a fondé l’Ecole Chitralada en 1958. L’Ecole Chitralada a été créée pour offrir un enseignement à la famille royale et également aux enfants des membres du personnel du palais. Depuis, cette école accueille un éventail plus large d’étudiants comme les autres écoles de Thaïlande.

Il se pourrait que la villa royale Chitralada soit la résidence royale la plus unique et la plus diversifiée dans le monde, et les recherches qui y ont été menées ont procuré de nombreux avantages à tout le peuple de la Thaïlande.

Tél. : +662-203-5000

Photo – http://mma.prnewswire.com/media/556170/Royal_Chitralada_Projects.jpg

SOURCE Ministry of Foreign Affairs, Thailand

Powered by WPeMatico